La maison Bond

Unité de logement locatif ou en copropriété de 500 000 $ et moins de 1 000 000 $
  •  Finaliste 2017 dans la catégorie: Unité de logement locatif ou en copropriété de 500 000 $ et moins de 1 000 000 $

 

Ce penthouse d’un peu plus de 2 000 pieds carrés au quatrième et dernier  étage du Conservatoire – une ancienne école primaire transformée en habitation pour condominiums – illustre parfaitement comment peut s’effectuer une transition harmonieuse entre une unité d’habitation unifamiliale traditionnelle et une copropriété pour un nouveau couple de retraités dont les enfants ont quitté le nid familial.

À l’origine, la superficie du condominium sur plan était moindre d’au moins 15 %. L’unité tirait néanmoins toute sa majesté de la vaste aire commune projetée – environ 830 pieds carrés à elle seule –  dont l’abondante fenestration sur deux de ses faces permettait d’embrasser du regard d’une part la voie maritime et le centre-ville de Montréal et de l’autre les infrastructures routières et ferroviaires liant la Rive-Sud à la métropole. Cette longue pièce qui comporte plusieurs fonctions – dont bien sûr cuisine, salle à manger et salon – liées à la détente permettait de consacrer un peu moins d’espace à la chambre principale bien que celle-ci, de bonnes dimensions, comporte deux walk in très logeables.

Le couple désirait pour chacun d’entre eux un espace bien à lui à titre de bureau, en plus de la chambre principale, alors qu’une seule pièce additionnelle était initialement proposée.

C’est là que l’approche personnalisée du constructeur est entrée en œuvre. Il a matérialisé le désir des acheteurs en retranchant un peu de superficie au condo voisin et en grugeant sur une infime partie du corridor de l’étage tout en coiffant la deuxième chambre ainsi créée, aux murs aveugles, d’un puits de lumière. De cette façon, madame dispose, comme monsieur, de son bureau qui, dans son cas, peut aussi se transformer, au besoin, en chambre d’ami.

On remarque que les pièces de la copropriété sont distribuées tout autour du hall d’entrée, faisant de ce lieu de transit un point de confluence.

Dans la grande aire commune aux planchers en noyer huilés se remarquent notamment le foyer au gaz naturel sur trois faces et l’impressionnant îlot de la cuisine avec son comptoir en marbre. Celui-ci fut le choix des occupants, mais le constructeur, pour en permettre la livraison – il venait dans un seul morceau –, a mis une grue à leur disposition pour le hisser directement au quatrième étage.

Un des plus grands défis de ce projet a toutefois consisté en l’agrandissement de leur balcon à plus de 200 pieds carrés afin qu’il prenne une forme de L et soit un véritable prolongement de la maison – une sortie de gaz pour le BBQ y a été installée. Le constructeur a dû veiller à ajouter des soutiens en acier non initialement prévus pour favoriser cette expansion.

Avec ses plafonds de 10 pieds, son aire commune de plus de 38 pieds linéaires et ses portes de huit pieds de hauteur, le constructeur a donné à l’unité une volumétrie qui accroît la sensation de dégagement. Les lieux sont constellés de 53 encastrés de type D.E.L. qui renforcent cette impression.

Les nouveaux copropriétaires ont donc conservé tous les atouts de leur ancienne demeure en gagnant du modernisme, une aire de vie pratique et lumineuse qui leur permet de jouir d’une vue imprenable sur un environnement urbain qui symbolise l’activité névralgique de la métropole.